Le désert selon Tinariwen

Je rentre d’un reportage dans le désert, à Kidal, au Nord du Mali. Ce bastion de la rébellion touarègue est aussi la ville du plus grand groupe de musique tamashek: Tinariwen. Ces samouraïs du désert avaient décidé d’inviter quelques journalistes deux mois avant la sortie de leur nouvel album «Aman Iman». Entre nuits à la belle étoile, concerts autour du feu, ville sous contrôle militaire, les émotions furent fortes. Une image reste dans les esprits: celle d’Ibrahim, le fondateur et leader du groupe, sortant en plein milieu du désert un petit écran DVD pour regarder le film «O’Brother» des frères Coen. Des musiques du désert au hillbilly, ces cow-boys des temps modernes ont su se retrouver. Loin des clichés, Tinariwen prouve sa modernité et son sens de l’humour.

voyage à Kidal

Publié le décembre 5, 2006, dans film, Musique. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :