Mon disque du mois de mars: Oumou Sangaré

Le retour de la diva malienne sur disque  et sur scène.  Avec une escale au Cully Jazz Festival le temps d’une soirée Vibrations, C’est vendredi 3 avril avec le duo Kouyaté-Neerman en première partie. A ne rater sous aucun prétexte!

oumou-sangare-judith-burrows-with-headdress-large-file2

Récemment invitée à participer à une carte blanche donnée au percussionniste indien Trilok Gurtu à la salle Pleyel à Paris, Oumou Sangaré apparaissait, en pantalons moulants, talons hauts et perruque africaine, avec tout le clinquant et la classe d’une authentique diva africaine. Son nouveau disque, «Seya», est à l’image de cette femme de tête : éclectique, inspiré et traversé de bout en bout d’une énergie indéfectible. Connue pour être la reine des rythmes du Wassoulou – une région au sud du Mali – Oumou Sangaré ose s’aventurer hors des sentiers connus. Sous l’égide de l’incontournable Cheikh Tidiane Seck, les cuivres, guitares électriques et violons déboulent en force pour renforcer les instruments traditionnels. Et Oumou se lâche. Le single «Seya» swingue et groove comme un morceau de funk. Entre deux phrases chantées, Oumou ose même un rire, décontractée et heureuse d’être à nouveau en studio.

Plus loin, sur une chanson contre les mariages forcés, elle opte pour des rythmes ultra-rapides, flirtant avec une musique de transe, fulgurante. Pour autant, elle n’en oublie pas ses origines : le répertoire et les rythmes caractéristiques des chasseurs du Sud («Donso»). Ni sa marque de fabrique : des ballades lancinantes aux paroles thérapeutiques. Ainsi «Djigui», un hymne de foi en la vie.
Arrivée au sommet de son art, cette femme hors du commun qui assume désormais pleinement sa double vie d’entrepreneuse – elle gère son propre hôtel à Bamako – et d’artiste.Un sacré parcours pour cette chanteuse qui débuta à l’âge de 13 ans pour gagner le pain de sa famille et qui dut vaincre pas mal de résistances dans un Mali où peu de femmes osent encore une telle émancipation. Chapeau.

Oumou Sangaré, «Seya» World Circuit

Publié le mars 26, 2009, dans le disque du mois, Musique, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. bonjour,
    je suis fan de oumou sangaré, votre blog et très intéressent. Je souhaiterais savoir si vous aviez déjà eu un contacte avec cette grande artiste, car dans le cadre d’une association nous voudrons utiliser son image pour une fête.

    Cordialement
    mlle SACKO Hina

  2. jai me oumou sagaré ba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :