Oumou Sangaré, la classe attendue au Cully Jazz Festival

Le troisième concert de la tournée européenne d’Oumou Sangaré fut à l’image du festival qui l’accueillait: chaleureux, festif et conquérant!

oumou-sangare-a-cullyFréquentation maximum, vente de billets inégalée : 2009 est une année record pour le Cully Jazz. A l’issue de ce 27è Cully Jazz Festival, une question se pose: ce festival de la région lausannoise est-il entrain de s’imposer comme le Paléo du printemps. Cette année, en tous cas, le festival voit la vie en rose : plusieurs des soirées du chapiteau se sont jouées à guichets fermés, la bière et le vin coule à grands flots dans les caveaux et bars, la météo a été clémente et le public incroyablement réactif…

Car c’est bien ce qui fait un des points forts du festival : un public incroyablement réceptif et participatif. Dans les coulisses, tous les artistes le disent. Sur scène, lorsqu’ils saluent, beaucoup sont émus. Et comme dans tout bon rapport, il y a échange, Face à un tel accueil, les artistes « se donnent» beaucoup plus. Ce concept de va-et-vient Oumou Sangaré, la grande chanteuse malienne l’a longuement défendu sur scène, dans un français approximatif, mais ô combien séduisant. Elle l’a également démontré dans une prestation époustouflante. Oumou Sangaré, c’est LA grande chanteuse du Mali. Lorsqu’une de ces cassettes paraît, c’est tout Bamako qui reprend en chœur ces chansons, sur les ondes radio et télé, dans la rue et dans les foyers. Oumou Sangaré, c’est aussi la porte-parole des femmes. Elle a chanté sur l’excision, sur les mariages forcés, sur les contraintes familiales de toutes sortes. A Cully, Oumou veut se faire comprendre, elle résume en français la plupart de ces chansons avant de les interpréter. La plupart sont issues de son dernier disque, «Seya» qui vient de paraître et qui intègre pour la première fois cuivres et autres instruments occidentaux. Sur scène, Oumou se présente par contre avec un groupe «traditionnel» – deux percussionnistes (l’un à la calebasse, l’autre au djembé), un joueur de n’goni, un flûtiste, deux choristes.

Finalement pas grand chose n’a changé depuis la première fois qu’on avait vu Oumou Sangaré il y a une quinzaine d’années dans un petit club veveysan. Oumou Sangaré a juste rajouté un guitariste électrique et un bassiste à sa formation. Mais Oumou Sangaré n’est plus la jeune fille fluette des débuts, c’est une femme mûre qui s’est imposée dans son pays à la force de sa volonté. Main de fer dans gant de velours comme on dit. Et son band a gagné en puissance. Avec une telle personnalité, de tels musiciens, nul besoin de batterie ou de synthétiseurs, ça groove tout seul. Somptueusement vêtue d’un habit blanc aux broderies sophistiquées, Oumou est aussi la meilleure ambassadrice de la mode africaine. Ainsi drapée, elle tournoie sur elle-même et entraîne toute l’audience dans la tourbillon de ces chansons aussi engagées que dansante. Avec elle, le temps prend un sérieux coup d’accélérateur et on a l’impression que sa prestation d’une heure trente a duré une demi-heure… Elle culmine sur «Wele Wele Wintou», une chanson traditionnelle dont Oumou Sangaré a complètement réécrit les paroles pour en faire une ode à la femme joyeuse et épanouie. Son morceau préféré… et le nôtre aussi du coup.

Publié le avril 8, 2009, dans Billets d'humeur, Musique, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :