Je parle de mon blog

Hier, j’ai été invitée à parler de mon blog dans le cadre d’un First de Rezonance. Rezonance est un réseau  qui rassemble entrepreneurs et indépendants de Suisse Romande. Mensuellement, Rezonance organise des conférences sur des thèmes bien spécifiques. Celui d’hier s’intitulait : “Ma présence dans les médias sociaux ».

L’idée était que je parle de mon blog, comme une utilisatrice lambda, que je montre un peu ce que j’y fais et ce que cela me rapporte. Tout ça en 15 minutes maxi, montre en main. Tout allait bien jusqu’au jour où j’ai été sur le site de Rezonance et que j’ai constaté qu’il y avait 225 personnes inscrites. Gla gla… pas trop l’habitude de parler avec des slides devant 225 personnes. Ça y est c’est fait: j’ai surmonté mes vieilles peurs et suis même franchement contente d’avoir participé à cet événement.

Vous pouvez consulter ici (Rezonance_10.03) les résumés qui étaient projetés sur l’écran derrière moi pendant que je parlais. Est ressorti en gros de ces réflexions que mon blog me permettait :

–      De communiquer différemment avec les gens, de façon plus personnelle, à la première personne. D’aborder aussi tous les sujets qui m’intéressent sans attendre l’aval d’un supérieur. Le billet que j’ai publié, il y a quelque temps sur les Touaregs en est un bon exemple… Aucun journal de la place n’aurait acheté ça !

–      D’obtenir une stimulation intellectuelle à travers les commentaires et réactions des gens.

–      D’entrer en relation avec de nouvelles personnes. Des contacts qui pouvaient déboucher sur de nouvelles collaborations inédites auxquelles je n’aurais jamais pensé par moi-même.

En rentrant chez moi, je me suis rendu compte que j’avais oublié de préciser une chose importante, une conséquence indirecte de mon blog, un niveau meta en quelque sorte. Depuis que j’ai un blog, je ne fonctionne plus – ou du moins je n’interagis plus – de la même façon avec les gens dans la vie réelle aussi.

Un exemple: je programme une série de concerts dans le domaine des musiques du monde à Plan-Les-Ouates. L’année passée, lors de la présentation de la saison, quelqu’un du public est venu vers moi, me disant en gros: «Les musiques du monde c’est bien joli, mais pourquoi ne faites-vous jamais de concerts de musique suisse». Avant le blog, je me serais probablement dit: « Mais de quoi il se mêle celui-là, c’est moi qui sait, c’est moi la spécialiste!» Avec l’expérience du blog et l’habitude d’avoir des gens qui réagissent,  j’ai pensé : «Tiens c’est marrant. C’est vrai qu’il y aurait peut-être quelque chose à creuser de ce côté-là !»… Du coup, le 28 mai 2011, j’ai prévu un concert de Erika Stucky, la grande jodleuse-rockeuse suisse allemande, avec en première partie le Alphüttli Jodler Club de Plan-Les Ouates. Je me réjouis déjà de ce double-concert qui va montrer comment la musique traditionnelle suisse se maintient et comment elle peut être interprétée de façon très expérimentale.

Conclusion : les blogs c’est bon aussi pour l’ouverture d’esprit et la remise en question: presque un thérapie, quoi ! En attendant, ce soir, toujours à Plan-Les-Ouates, soirée blues avec Pura Fé et Music Maker Foundation. Là aussi ça va être thérapeutique et festif. Venez nombreux !

Publié le mars 11, 2011, dans Billets d'humeur, Général, Musique, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Et voilà la vidéo de mon intervention:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :