Le triomphe impérial d’Hamelmal Abaté

Evidemment, vous ne vous attendiez pas à ce que je vous dise que le Nouvel An éthiopien, proposé dans le cadre du Festival de la Bâtie et pour lequel j’ai bossé d’arrache-pied, ait été un flop… En toute subjectivité, ce fut un triomphe qui dépassa toutes mes attentes. La veille pourtant, le stress était à son comble. Lors de la répétition générale à la salle du Faubourg de Genève, Imperial Tiger Orchestra et Hamelmal Abaté passèrent pas moins de 3 heures à mettre au point l’ordre de passage des morceaux de leur set, un set prévu pour durer également 3 heures… Puis ils se précipitèrent dans les studios de la Première pour y jouer en direct deux morceaux live dans l’émission Radio Paradiso.

«Un set de trois heures, c’est une folie furieuse» me dis-je en mon for intérieur et un peu aussi en mon for extérieur. «Mais non,  me rassure Luc le percussionniste, tout le challenge est là!». «Ne t’inquiète pas, on va finir par faire 2 h 30», ajoute Raphaël, toujours diplomate… Le jour J, samedi 10 septembre, vers 22 h, alors que la salle se remplit gentiment, j’oscille toujours entre excitation et inquiétude. Est-ce que tout cela est bien raisonnable? La communauté éthiopienne va-t-elle suivre? Nous attend-elle au contour? Les tigres genevois vont-ils être à la hauteur? Les Suisses vont-ils supporter trois heures de concert? Pendant que je cogite, Malcolm Catto, batteur des Heliocentrics et excellentissime DJ, vogue joyeusement entre descarga, afrobeat et musiques de l’âge d’or éthiopien.

22 h 30, c’est parti. En force. Les six musiciens Genevois et le joueur de masenqo, Endress Hassan, attaquent avec détermination. Trois instrumentaux au couteau et l’entrée en piste des deux danseurs (Getu Tirfe et Emebet Tizazu) suffisent à mettre le feu. La première chanteuse, Bethlemen Dagnachew, avec sa drôle de voix aux accents reggae et son sourire enfantin, fait une apparition lumineuse le temps de deux chansons. Puis c’est au tour de celle que tout le monde attend, Hamelmal Abaté, de se lancer dans un  a cappella à couper le souffle. Quelques minutes plus tard, le public commence à se déchaîner… et la diva sort de scène. L’air de rien, Imperial Tiger Orchestra balance deux instrumentaux, plutôt expérimentaux.  Aïe, mon sang se glace à nouveau. J’adore, mais quand est-il des 500 autres spectateurs de la salle? Je risque quelques coups d’œil à droite et à gauche, et je ne vois que des visages fendus de larges sourires… Je respire… Si ce virage-là passe, la soirée ne peut qu’exploser. Sur le coup de minuit, Hamelmal Abaté, drapée d’une cape noire qui ne se porte que dans les grandes occasions, revient avec sa chanson-culte, «Enkuan Aderesachihu», celle-là même qui s’entend dans tout Addis Abeba à l’approche du Nouvel An copte. Parmi les Ethiopiens venus en masse, ça commence à chauffer. La température à l’intérieur de la salle aussi.

Voir que mon objectif  – réunir le temps d’une soirée Ethiopiens et Suisses qui habituellement se côtoient sans se voir – est atteint me remplit de joie. Sur scène comme dans la salle l’heure est aux mélanges, aux échanges jubilatoires. Bethelem Dagnachew et Hamelmal Abaté se relaient au micro. Les chemises collées à la poitrine, les tigres genevois ont pris leur rythme de croisière. Final en apothéose avec les deux chanteuses au micro, les danseurs et le flegmatique Endress Hassan, armé de son violon fou. La claque. Malcolm Catto est lui aussi impressionné par la qualité du spectacle. Normalement il faut s’appeler Clinton ou Femi Kuti pour oser ce genre de shows…. Et quand le DJ anglais voit son alter ego éthiopien,  Dawit,  un gamin de 20 ans, tapoter sur son Iphone et faire groover une salle remplie d’Ethiopiens aux sons des grands succès d’Addis Abeba, il se comporte en vrai gentleman. Il regarde sa caisse de vinyles avec circonspection, me lance un sourire en coin avant de me proposer, avec un brin d’humour, de mettre des disques en toute fin de soirée: « pour vider la piste de danse ». A l’heure éthiopienne, tout tourne décidément à l’envers. Tant mieux.

PS1. Dans le feu de l’action, j’ai même oublié de prendre des photos ou des vidéos. Mais ça devrait arriver sur YouTube prochainement…

PS2. Pour les Français, le plateau dont je vous parle ci-dessus, donnera un unique concert au Point Ephémère le 15 septembre 2011 à 20 h. Ce ne sera plus Nouvel An, mais ce n’est pas une raison suffisante pour rater ça!

Publié le septembre 11, 2011, dans Billets d'humeur, Général, Musique, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :