Vibrations est mort, vive Vibrations

Le numéro 1 de Vibrations paru en juillet 1991

Le numéro 1 de Vibrations paru en juillet 1991

Cette fois ça y est, l’annonce est officielle : le magazine Vibrations a mis la clef sous le paillasson. Bizarrement, l’annonce de cette mort me soulage. De méchantes rumeurs couraient depuis quelque temps déjà et je n’avais pas envie d’assister de l’extérieur (je n’y travaille plus depuis trois ans) à la lente agonie de ce magazine qui occupa tant de place dans ma vie. A lire les hommages et remarques sur Facebook, Vibrations a su rester jusqu’à la fin un magazine indépendant, de qualité et prescripteur.

Les souvenirs affluent : les débuts, les premières soirées hip hop et house à l’aube des années 90 dans « le temple du rock lausannois », autrement dit la Dolce Vita. Pierre-Jean Crittin et moi gravitions dans une saine ébullition entourés des DJs Mandrax et Jack O’Mollo, du photographe Benoît, des dessinateurs Noyau et Mix & Remix. A force de ressasser qu’aucun magazine musical francophone ne parlait de ces musiques qui nous excitaient tant, nous avons eu la prétention de vouloir faire ça nous-mêmes. Précisons que nous étions jeunes, utopistes et inexpérimentés. Nous voulions que Vibrations mette en avant ces filiations qui nous semblaient évidentes : du jazz au rap, du blues et du gospel au r’n’b, des musiques africaines à la house.

Le premier numéro, tiré à 10’000 exemplaires, fut vendu à la criée uniquement au Montreux Jazz Festival et au Paléo Nyon. Inutile de préciser que ce fut un fiasco financier mémorable… La couverture, signée Noyau, affichait un dessin jaune pétant sur fond bleu de Rob Gallagher, chanteur de Galliano. Galliano c’était ce groupe pionnier de l’acid-jazz londonien qui s‘offrait le luxe d’un vibe controller, soit un mec qui ne faisait pas grand chose, à part traverser la scène avec un bâton et une allure funky. Totalement superflu et en même temps indispensable ! Tout le paradoxe de l’époque.

Avec sa maquette noir-blanc, des dessins de Noyau et de Mix & Remix un peu partout, beaucoup de fautes d’orthographes, des nuits blanches et une ligne éditoriale qui se résumait à un base line foireux, « des rythmes etc », Vibrations était, de l’avis unanime des gens du métier destinés à disparaître avant même d’avoir pu fêter son premier anniversaire.

Vingt-deux ans plus tard, à l’heure où Vibrations ferme ses portes, il s’est imposé comme une référence dans la presse musicale francophone. Dire tout ce qu’il m’a apporté serait long, fastidieux et un peu nombriliste. Mais il y eut des rencontres incroyables, des régions entières du monde (comme le nord du Mali aujourd’hui à feu et à sang) qui se sont ouvertes à moi avec leur chaleur, leur énergie. Et puis surtout le travail accompli au quotidien avec des gens prêts à s’engager jour après jour.

J’ai lu l’autre jour sur Facebook un commentaire à propos de la disparition de Vibrations qui disait : « No more good vibrations ». Pas sûr. Vibrations était un magazine de passionnés qui attirait les passionnés, qu’ils soient lecteurs, pigistes, rédacteur en chef, éditeur ou graphistes comme Alex qui reprit le flambeau de Noyau et se démultiplia à la maquette pendant de nombreuses années. J’espère et je crois que l’école de Vibrations va permettre à ceux-là de transmettre toujours plus loin leur passion. Je souhaite en tous cas bonne chance et bon vent à tous les émules de Vibrations !

Publié le juin 17, 2013, dans Billets d'humeur, Général, Musique, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Ronnie Flores

    Non………!grande perte pour la vanguarde internacional.,et de toute la Suisse!!!!!!!!..et de de vrais journalistes musicaux..!!!!j’espere rcevoir des nouvelles de vanguardes ….!!!!pour ceux q on est loin….c’est vraiment triste…mais…vous decides!!!!!!!!j’aimer la facons de decouvrir la nouvelle musique mondial…..gran atout pour les connaisseures!!!!!!!!1je le sent dans mon ame …triste,mais,enfin…life goes on…Respect…Dj RoNNIE Flores..!!!pote de Benoit P…Mandrax et Seb K..patrick duvoisin…Jack-o-mollo…Nicolas..& freres Attias!!!!!!!!mix&remix!!!etc!!!muchh luv’s & blessings..!!!!!!!!!!respect guys!!!!!!!!!

  2. Moi je voudrais vous dire un grand MERCI au pluriel. J’ai adoré ces couvertures de Noyau, ces micro histoires sans queue ni tête de Mix & Remix, ces découvertes … bref beaucoup de choses.
    Il peut être difficile pour les plus jeunes de comprendre ce que Vibrations incarnait à 1 époque où trouver un disque relevait parfois de la mission d’exploration ; que l’on demandait aux copains d’enregistrer des cassettes (Nova, Couleur3…).

    Alors oui Keep up the good vibes

  3. Goo le gooster

    Bon mag,qui néanmoins ne faisait rien pour la scène locale ! Crève ! Adieu ! Nous..on est toujours là!

  4. Ah ben M***E !!! Je ne compte plus les découvertes que j’ai faite grâce aux articles et aux compils. J’avais flairé l’agonie sans suivre exactement ce qui se passait. Alors merci, d’avoir participer à lancer ce magazine, le seul que savait embrasser aussi large dans ce qui se fait de bon aujourd’hui – et que mes oreilles aiment embrasser également. Merci à tous ceux qui y ont participé et clin-d’oeil à Loïse.

  5. Bonne suite à toute cette belle équipe !!

  1. Pingback: Sílvia Pérez Cruz – « Domus » × Chroniques, World × LeMurDuSon.ch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :