Archives de Catégorie: Général

Musiques touarègues dans la tourmente

Alors que le MLNA (mouvement national de libération de l’Azawad) vient de faire sa déclaration d’indépendance et que le désert est à feu et à sang, il est plus que jamais l’heure de s’intéresser aux musiques touarègues. J’ai fait un article sur la question pour Le Courrier que vous pouvez consulter sur le site du journal ou en PDF.

Grâce au succès de Tinariwen, une scène touarègue a émergé avec des groupes plus jeunes (Tamikrest, Bombino…) ou plus traditionnels, comme le magnifique groupe féminin Tartit. Ceux-ci vivent actuellement des heures très difficiles, à l’instar de la plus grande partie de la population civile du Nord du Mali.

Pourtant, certaines de ses formations étaient entrain de tracer des voies  intéressantes. Par exemple Tadalat, un jeune groupe qui vient de faire paraître 5 morceaux enregistrés en plein désert dans le studio mobile Sahara Sounds de leur ami, ingénieur du son et manager Abdallah Ag Amano. A l’origine, deux jeunes Touaregs qui fabriquent des guitares-bidons et rêvent de suivre les traces de Tinariwen. Rejoints par d’autres musiciens, soutenus par Abdallah, ils prouvent aujourd’hui que la musique  tamasheq peut s’auto-produire sans obligatoirement passer par des réalisateurs artistiques occidentaux.

Une démarche rendue possible grâce au Français Sedryk et son label Re-aktion, qui fait l’interface et propose ces musiques en téléchargement payant. En 2008, Sedryk fonde tamasheq.net, le site des musiques touarègues et « le Chant des Fauves, la collection des musiques du Sahara ». En 2012, il détient bon nombre des premiers enregistrements des groupes du désert qui commencent à faire parler d’eux, comme Terakaft, Bombino, Tamikrest. Le Chant des Fauves propose aussi des compilations dont « Songs for Desert Refugees », parue il y a peu et  dont les bénéfices iront aux réfugiés du Nord du Mali. Le but de la collection et du site tamasheq.net n’est pas seulement de faire découvrir de la bonne musique, mais aussi « de casser quelques clichés hérités de la colonisation, comme celui de l’homme bleu sur son chameau. » Les CDs sont toujours accompagnés de livrets documentés. Le site propose également des podcasts d’émission de radio, des interviews d’artistes, un lexique et même une sélection musicale extraite de cartes mémoires récupérées dans le désert!

Quant à Tadalat – les instigateurs de cette compilation – ils innovent aussi musicalement en intégrant une batterie et des nouvelles rythmiques tout en s’offrant des séquences de chants traditionnels soutenus par des claquements de main. Plutôt convainquant. Et toujours téléchargeable au même endroit.

En janvier 2012, juste avant que la rébellion n’éclate, Tadalat a été lauréat du prix « Nouveaux Talents » au Festival au Désert. Ci-dessous un extrait de sa prestation. A voir pour l’ambiance et en faisant abstraction du son… Rock’n’roll à tous points de vue.

On peut acheter le dico de Couleur 3 en ligne

Alors, je vous disais que Tonton Pierrick avait fait des chroniques autour du dico sur Couleur 3 que j’ai réalisé. Et bien maintenant il a fait une promo rigolote à écouter sur soundcloud.com. A écouter avant de vous rendre ce soir au Mudac pour le vernissage de l’exposition sur Couleur 3!

Et avant de lire le livre que vous pouvez désormais commander en ligne sur la boutique de la RSR, euh pardon je voulais dire RTS… Bonne lecture!

Couleur 3, The Story so far…

Je ne sais pas s’il vous arrive d’écouter Couleur 3. Mais si c’est le cas et si vous êtes tombé par hasard sur les chroniques de la « fabuleuse histoire de Couleur 3 » racontée aux enfants par Tonton Pierrick, il faut que je vous avoue qu’elles sont pour beaucoup tirées d’un bouquin que j’ai écrit. Eh oui, ça y est, j’ai mon nom sur la jaquette d’un bouquin. Et là, je le tiens entre mes mains, tout frais sorti de l’imprimerie. J’avoue que ça fait un peu drôle de feuilleter un « vrai » livre avec son nom dessus. Passé le premier plaisir d’enfant, l’impression d’avoir reçu un super cadeau, une vague de doutes m’assaille. Et si je m’étais complètement plantée… Si ce bouquin était une erreur de A à Z…

Bon je me rassure en me disant qu’il y avait un éditeur et qu’il aurait sans doute réagit avant. Et puis bon, ce livre n’a pas non plus valeur scientifique. L’été dernier, quand Glénat m’a approchée, ça m’a d’ailleurs plutôt fait rire l’idée de faire un bouquin sur une radio! Le temps prévu pour la rédaction de cet ouvrage était compté. Pour ne pas tomber dans l’hagiographie ou le livre historique, je me suis dit que l’idée d’un dico pouvait être marrante. Des entrées par lettres pour passer de la lettre  « A » qui évoque le père fondateur Jean-François Acker à la lettre « B » qui renvoient à une célèbre campagne de promotion à l’intitulé provocateur: « Baisons celle qui passent ».

Comme les archives de la 3 étaient alors inexistantes, je me suis mise à interviewer les collaborateurs (les anciens et les actuels) à tour de bras. Un opération qui s’est avérée riche en rencontres amusantes, mais ça je vous le raconterai dans un prochain papier sur ce blog.

Ah oui, j’oubliais, le livre sort officiellement, le 6 mars, dans toutes les bonnes librairies de Suisse romande et sera commandable sur Internet. Le 6 mars, c’est également le jour du vernissage d’une exposition sur Couleur 3 qui a lieu au Mudac (et là je n’y suis pour rien). Je vous donnerai plus d’infos dès que possible.

Mark Kelly et Mambi pour une dernière mémorable au Café Addis

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais j’ai créé avec trois fous dans mon genre une association: Addis Sounds. Notre but: proposer régulièrement de rendez-vous musicaux inédits avec des musiciens d’ici, originaires d’ailleurs. D’abord parce qu’en Suisse romande, ce genre de musiques est sous représenté (hormis les festivals). Ensuite, parce que vu le climat ambiant de frilosité, de peur de l’autre, il est parfois bon de rappeler que la musique peut toujours rassembler.

A l’origine aussi, il y avait ce café africain qui venait d’ouvrir en bas de chez moi. Passé la première salle et une volée de marches, se trouvait un deuxième espace chaleureux pour lequel j’ai craqué. J’ai commencé par y organiser des concerts en solo avec, parmi les meilleurs musiciens africains du coin: Kara, Nana Cissokho… C’est là que les autres (Edgar, Sylvie et Florian) sont apparus, enthousiastes à l’idée de participer. Addis Sounds est né. Sitôt après les ennuis ont commencé pour le café Addis, la police du commerce ayant repéré le lieu et le jugeant trop bruyant.

Du coup, Addis Sounds est devenue nomade, d’abord pour un double concert mythique de Boubacar Traoré à la Datcha. Mais, comme on aimait vraiment trop le café Addis, nous y sommes revenus deux fois. D’abord pour un concert sans aucune amplification de l’excellent groupe de rebetiko de Genève, Rebeteke puis pour une rencontre entre Mark Kelly et Mambi. Ça c’était vendredi dernier. Un concert qui marquait aussi la fin du café Addis, le patron ayant décidé de jeter l’éponge.

Mark Kelly est un songwriter anglais qui a établi – on ne sait pourquoi – ses quartiers à Vevey. Mark Kelly c’est aussi un indigné, un militant, un performer, un bon vivant qui aime les scènes libres, les performances… Mambi est un percussionniste cubain qui s’est installé à Lausanne depuis belle lurette pour des raisons de cœur… Mambi est un très très grand instrumentiste. Il a joué avec beaucoup de beau linge dont Chucho Valdès. Il peut passer des congas, à la calebasse ou aux grelots. La rencontre de ces deux-là, ne pouvait donc qu’être explosive. le premier parle français avec un énorme accent anglais et pas un mot d’espagnol. Le second ne parle ni français ni anglais. Aux répétitions, c’était déjà quelque chose. Dimanche après-midi à la radio, dans l’émission Kalakuta sur Couleur 3, ils se sont faits enregistrer alors qu’ils croyaient encore être entrain de répéter…

Au café Addis (plein à craquer), le show fut forcément artisanal. Mambi était au four (aux percussions) et au moulin (au son). Mark Kelly a tout de suite mis tout le monde d’accord en faisant chanter le public dès le premier morceau.  En deux sets, ces deux-là ont démontré que le drôle de mélange soul-folk-blues allumé de Kelly pouvait très bien s’accomoder de transes latino. Clairement, c’était Mark Kelly qui traçait la ligne conductrice. Mais Mambi s’est inséré dans son répertoire avec beaucoup de feeling,de subtilité aussi. A peine s’est-il permis une ou deux petites descarga…… Et Mamadou, rapper sénégalais, fidèle des soirées de l’Addis, s’est même emparé du micro pour une jam transculturelle!

Bref, pour avoir une idée, j’ai essayé de filmer le final sur mon Iphone. Mais bon j’étais mal placée,il n’y avait pas de lumière et j’ai dû tourner une ou deux fois mon appareil…. Ça donne quand même une idée de l’ambiance. Quant aux photos qui illustrent cet article – nettement plus pro – elles sont signées d’Edgar Cabrita.

Ah, j’allais oublier: le prochain concert de l’Association Addis Sounds, ce sera le Raaga Trio, une rencontre entre deux Genevois (Andreas Fulgosi et Guillaume Lagger) et deux musiciens d’Afrique de l’Ouest (Andra Kouyaté et Baba Konaté) au Mombasa cette fois (rue de l’Ale 35). Et après, il aura plusieurs concerts au caveau Weber dans le cadre du off Cully Jazz Festival. Mais ça je vous en reparlerai.

Youssou N’Dour président?

Cette semaine, c’est la semaine des stars. Après la disparition de Cesaria Evora, c’est au tour de l’illustrissime chanteur sénégalais de faire parler de lui. On avait déjà vu des musiciens se transformer en ministre de la culture (Gilberto Gil au Brésil, Mario Lucio au Cap-Vert). Youssou N’Dour a toujours visé le top. Il paraît donc qu’il pourrait briguer la présidence du Sénégal l’année prochaine. Pour plus de détails, voir l’article qui lui est consacré sur Afrik.com.

Cesaria Evora tire sa révérence

Non Cesaria Evora n’est pas morte, mais elle est malade, fatiguée, plus en mesure d’assurer un calendrier et des tournées de stars de la world music.Le quotidien Le Monde l’explique et fait son éloge mieux que je ne pourrais le faire. A lire ici.
Et pour dire au-revoir à la grande dame de la chanson capverdienne, à regarder encore une fois son « besame mucho » romantique et prémonitoire.

Le triomphe impérial d’Hamelmal Abaté

Evidemment, vous ne vous attendiez pas à ce que je vous dise que le Nouvel An éthiopien, proposé dans le cadre du Festival de la Bâtie et pour lequel j’ai bossé d’arrache-pied, ait été un flop… En toute subjectivité, ce fut un triomphe qui dépassa toutes mes attentes. La veille pourtant, le stress était à son comble. Lors de la répétition générale à la salle du Faubourg de Genève, Imperial Tiger Orchestra et Hamelmal Abaté passèrent pas moins de 3 heures à mettre au point l’ordre de passage des morceaux de leur set, un set prévu pour durer également 3 heures… Puis ils se précipitèrent dans les studios de la Première pour y jouer en direct deux morceaux live dans l’émission Radio Paradiso.

«Un set de trois heures, c’est une folie furieuse» me dis-je en mon for intérieur et un peu aussi en mon for extérieur. «Mais non,  me rassure Luc le percussionniste, tout le challenge est là!». «Ne t’inquiète pas, on va finir par faire 2 h 30», ajoute Raphaël, toujours diplomate… Le jour J, samedi 10 septembre, vers 22 h, alors que la salle se remplit gentiment, j’oscille toujours entre excitation et inquiétude. Est-ce que tout cela est bien raisonnable? La communauté éthiopienne va-t-elle suivre? Nous attend-elle au contour? Les tigres genevois vont-ils être à la hauteur? Les Suisses vont-ils supporter trois heures de concert? Pendant que je cogite, Malcolm Catto, batteur des Heliocentrics et excellentissime DJ, vogue joyeusement entre descarga, afrobeat et musiques de l’âge d’or éthiopien.

22 h 30, c’est parti. En force. Les six musiciens Genevois et le joueur de masenqo, Endress Hassan, attaquent avec détermination. Trois instrumentaux au couteau et l’entrée en piste des deux danseurs (Getu Tirfe et Emebet Tizazu) suffisent à mettre le feu. La première chanteuse, Bethlemen Dagnachew, avec sa drôle de voix aux accents reggae et son sourire enfantin, fait une apparition lumineuse le temps de deux chansons. Puis c’est au tour de celle que tout le monde attend, Hamelmal Abaté, de se lancer dans un  a cappella à couper le souffle. Quelques minutes plus tard, le public commence à se déchaîner… et la diva sort de scène. L’air de rien, Imperial Tiger Orchestra balance deux instrumentaux, plutôt expérimentaux.  Aïe, mon sang se glace à nouveau. J’adore, mais quand est-il des 500 autres spectateurs de la salle? Je risque quelques coups d’œil à droite et à gauche, et je ne vois que des visages fendus de larges sourires… Je respire… Si ce virage-là passe, la soirée ne peut qu’exploser. Sur le coup de minuit, Hamelmal Abaté, drapée d’une cape noire qui ne se porte que dans les grandes occasions, revient avec sa chanson-culte, «Enkuan Aderesachihu», celle-là même qui s’entend dans tout Addis Abeba à l’approche du Nouvel An copte. Parmi les Ethiopiens venus en masse, ça commence à chauffer. La température à l’intérieur de la salle aussi.

Voir que mon objectif  – réunir le temps d’une soirée Ethiopiens et Suisses qui habituellement se côtoient sans se voir – est atteint me remplit de joie. Sur scène comme dans la salle l’heure est aux mélanges, aux échanges jubilatoires. Bethelem Dagnachew et Hamelmal Abaté se relaient au micro. Les chemises collées à la poitrine, les tigres genevois ont pris leur rythme de croisière. Final en apothéose avec les deux chanteuses au micro, les danseurs et le flegmatique Endress Hassan, armé de son violon fou. La claque. Malcolm Catto est lui aussi impressionné par la qualité du spectacle. Normalement il faut s’appeler Clinton ou Femi Kuti pour oser ce genre de shows…. Et quand le DJ anglais voit son alter ego éthiopien,  Dawit,  un gamin de 20 ans, tapoter sur son Iphone et faire groover une salle remplie d’Ethiopiens aux sons des grands succès d’Addis Abeba, il se comporte en vrai gentleman. Il regarde sa caisse de vinyles avec circonspection, me lance un sourire en coin avant de me proposer, avec un brin d’humour, de mettre des disques en toute fin de soirée: « pour vider la piste de danse ». A l’heure éthiopienne, tout tourne décidément à l’envers. Tant mieux.

PS1. Dans le feu de l’action, j’ai même oublié de prendre des photos ou des vidéos. Mais ça devrait arriver sur YouTube prochainement…

PS2. Pour les Français, le plateau dont je vous parle ci-dessus, donnera un unique concert au Point Ephémère le 15 septembre 2011 à 20 h. Ce ne sera plus Nouvel An, mais ce n’est pas une raison suffisante pour rater ça!

Qui est donc Hamelmal Abaté?

Star parmi les Ethiopiens et les Américains, Hamelmal Abaté n’est peu ou pas connue du public européen. La création qu’elle réalise au festival de la Bâtie dans le cadre du Nouvel An éthiopien, reprise ensuite à Paris et à Berne, est l’occasion de retracer la carrière de cette artiste à la voix de velours.

Née à Harar dans la deuxième moitié des années 60, Hamelmal Abaté ne connaît pas la date précise de son anniversaire. Suite au divorce de ses parents, elle déménage avec ses neufs frères et sœurs à Asebe Terefi, petite bourgade coupée du monde. Enfant, elle fait partie du chœur de l’église où ses talents vocaux sont déjà repérés. Elle fait aussi partie d’un groupe de jeunes, Kebele Kinet, qui chantent a cappella. Au milieu des années 70, l’Ethiopie vit alors les premières années du Derg, la junte militaire qui renversa Hailé Sélassié. Le pays est en guerre sur plusieurs fronts et la musique sert de ciment national. La plupart des structures étatiques ont leur groupe. Lors des cérémonies officielles, les formations les plus en vues se produisent aux quatre coins du pays. Y compris à Asebe Terefi où Kebele Kinet en profite pour s’improviser groupe de première partie.

C’est lors de l’une de ces fêtes que Kebele Kinet se retrouve sur scène avant le groupe de la police d’Harar. Sans prévenir, les musiciens se glissent derrière les chanteurs en herbe et se mettent à jouer. «Je devais avoir 14 ans. C’est à ce moment que j’ai senti au plus profond de moi que je serai chanteuse». Egalement sous le charme, les musiciens-policiers lui proposent de les suivre à Harar. Mais la mère d’Hamelmal Abaté s’y oppose catégoriquement. Être musicienne n’est pas quelque chose d’envisageable pour sa fille. Hamelmal Abaté adolescente est déjà une personnalité hors du commun. Elle ment à sa mère, prétend qu’elle doit suivre un traitement à l’hôpital d’Harar et part rejoindre l’orchestre de la police. Pendant deux ans, elle chante dans cette formation. Sa scolarité terminée, la chanteuse en herbe devrait devenir policière pour pouvoir continuer à chanter avec ce groupe.

Addis Abeba, la ville de tous les possibles, la tente. Encore mineure, Hamelmal Abaté prétend avoir décroché un engagement dans la capitale et être invitée à résider chez un de ses oncles paternels. Un nouveau mensonge. Arrivée dans la plus grand ville du pays, les choses se corsent. «J’avais eu une enfance heureuse, insouciante. À Addis, je partais tous les matins faire la tournée des théâtres et de tous les lieux où l’on jouait. En vain. J’étais trop jeune. Personne ne voulait de moi». Alors qu’elle songe à réintégrer le domicile familial, Hamelmal Abaté tente une ultime fois sa chance au Théâtre National. Elle est à nouveau éconduite. Sur le chemin du retour, mue par une impulsion subite, la jeune fille fait demi-tour, pousse la porte de l’entrée des artistes et se retrouve en pleine répétition. Des musiciens d’Harar la reconnaissent et convainquent la direction de l’écouter. Elle est engagée. Tout s’enchaîne alors très vite.

a href= »https://zabeth.files.wordpress.com/2011/09/hammelmal-abatc3a9_ld2.jpg »> En 1983, Hamelmal Abaté sort son premier album, qui comprend la chanson d’amour «Na Maleda», un hit. La chanteuse devient alors une incontournable de la vie nocturne. «À l’époque du Derg, il y avait le couvre-feu. Alors on fermait les portes du club et l’on jouait toute la nuit !». Le succès grandissant, Hamelmal Abaté joue un temps avec le Roha Band, le groupe le plus en vue d’Addis Abeba. Femme de tête, elle décide ensuite de devenir sa propre productrice. Elle achète des instruments, engage des musiciens et monte le Hammelband avec lequel elle tourne dans tout le pays. Elle écrit ses poèmes-chansons et développe une collaboration à long terme avec le pianiste et arrangeur Abegaz.

Après la chute du Derg en 1991, l’émulation artistique est forte dans la jeune République démocratique d’Ethiopie et les frontières s’ouvrent. Les artistes qui en ont les moyens commencent à aller jouer aux Etats-Unis où réside une très grande communauté éthiopienne. Les structures en place en Ethiopie ne tardant pas à se détériorer et le piratage des disques à s’intensifier, certains choisissent l’exil. Comme ses aînés Mahmoud Ahmed ou Aster Aweke, Hamelmal Abaté s’installe non loin d’Hollywood en 1992. Elle y réside jusqu’en 2005. Elle se produit lors des fêtes éthiopiennes, tout en continuant d’enregistrer des CDs, huit en tout.

Au début des années 90 paraît l’album «Ermehin Awuta», en tête des ventes en Ethiopie pendant plus d’une année. Suivra en 1997, «Irsagn» («Forget Me») qui la consacre grande chanteuse de la musique éthiopienne. Entre tradition et modernité, Hamelmal Abaté frappe par son sens de la mélodie, par la pureté de sa voix. Elle est aussi à l’aise dans les registres aigus caractéristiques des voix éthiopiennes féminines que dans des parties plus graves. Sa musique gorgée de soul et de cuivres fait d’elle l’artiste la plus funky d’Addis Abeba. Hamelmal Abaté c’est aussi la voix des femmes qu’elle n’a cessé de chanter dans tous ses morceaux. «l’Ethiopie est un pays où l’homme est roi, avec tout ce que cela peut impliquer comme abus. Je cherche à inciter les femmes à retrouver leur fierté, à oser dire non» explique la chanteuse au long cours qui a choisi de se réinstaller en Ethiopie depuis six ans.

Hamelmal Abaté et Imperial Tiger Orchestra on tour:

Genève, la Bâtie, salle du Faubourg, samedi 10 septembre

Paris, Point Ephémère, jeudi 15 septembre

Berne, Beeflat, dimanche 18 septembre

Il est temps de fêter la nouvelle année!

Le 10 septembre prochain, le Festival de la Bâtie fêtera la nouvelle année éthiopienne 2004. Pour cause de calendrier copte et parce que, depuis quelques années déjà, un groupe de blancs-becs genevois ne peut s’empêcher de décliner les musiques éthiopiennes sous toutes leurs formes. Imperial Tiger Orchestra a d’abord commencé par s’attaquer aux classiques de l’âge d’or de la musique éthiopienne en version instrumentale. Avec pas mal de recul et de culot: du free jazz au funk, ils  ont pétri et malaxé rythmes et harmonies pour mieux se les approprier. Depuis peu ces musiciens hors catégories s’intéressent à des musiques  plus récentes (dont celles composées sous le régime du Derg) ainsi qu’aux genres voisins issus de toute la Corne de l’Afrique.

Le projet de Nouvel An genevois dont il est question ici, est né en juin 2010. J’avais invité  les tigres genevois à faire la première partie d’un concert de Mahmoud Ahmed et du Badume’s Band à la salle du Vélodrome de Plan-Les-Ouates. Un ami restaurateur éthiopien, Dereje, présent dans la salle fut conquis tant par la prestation d’Imperial Tiger Orchestra que par celle du vénérable Mahmoud Ahmed. Il m’apprit à cette occasion que le Nouvel An copte avait lieu la nuit du 10 au 11 septembre. De là à songer à  fêter dignement cet événement à Genève, ville qui rassemble une des plus grandes communautés éthiopienne et érythréenne de Suisse…

Parallèlement, Raphaël Anker, fou de musiques africaines depuis son plus jeune âge, et ses comparses d’Imperial Tiger Orchestra préparaient leur premier CD, «Mercato». Tous avaient flashé sur un titre de la grande chanteuse Hamelmal Abaté qu’ils firent interpréter pour l’occasion par une artiste éthiopienne du bout du lac: Bethelem Dagnachew,aussi surnommée Betty. Le premier pas vers des musiques chantées était osé…

La même année, le groupe s’était produit au Festival des Musiques Ethiopiennes d’Addis Abeba, mis sur pied par Francis Falceto, alias Monsieur « Ethiopiques ». Il y rencontra Endress Hassan, joueur de masenqo, avec lequel il se découvrit des affinités baroques.

Lorsque le festival de la Bâtie, séduit par l’audace de ces Genevois, donna une carte blanche à Imperial Tiger Orchestra à l’occasion du Nouveal An éthiopien, le groupe songea logiquement à rassembler sur une même scène Hamelmal Abaté, Bethelem Dagnachew et Endress Hassan. Une revue d’un genre nouveau qui a également séduit d’autres programmateurs à Zurich, à Berne et Paris pour un spectacle qui s’annonce aussi incroyable qu’unique. A ne rater sous aucun prétexte!

Pour avoir une idée de  l’esprit décalé et passionné qui anime Imperial Tiger Orchestra, découvrez cette vidéo d’une récente tournée en Russie en Hollande et en France réalisée par leur batteur Julien Israelian.

Et bientôt sur ce blog, la carrière de Hamelmal Abaté, des images des répétitions qui commencent demain and more…

Hamelmal Abaté et Imperial Tiger Orchestra on tour:

Zurich, Theaterspektakel, dimanche 4 septembre

Genève, la Bâtie, salle du Faubourg, samedi 10 septembre

Paris, Point Ephémère, jeudi 15 septembre

Berne, Beeflat, dimanche 18 septembre

Tous à la Cité!

Ce n’est pas parce que j’ai programmé quelques concerts au festival de la Cité que je recommande chaudement d’y aller. Enfin pas seulement… Car j’ai  bien évidemment proposé au festival des trucs que je trouve géniaux comme Aziz Sahmaoui. L’ex-leader de l’ONB revient aux sources de la musique gnawa qu’il conjugue avec ses cousines sénégalaises. Et comme, entre-temps, il a passé dans les rangs de Joe Zawinul, son combo est un véritable navire de rythmes et de mélodies imparables qui sait déclencher des tempêtes comme fendre les flots avec subtilité (Place du Château, samedi 2, 23 h 45). Avant le gnawa Aziz Sahmaoui, nos amis de Imperial Tiger Orchestra investiront la scène du Château avec leur collègue éthiopien Endress Hassan et un coupe de danseurs. Je ne reviens pas sur le sujet, j’ai abondamment tartiné sur eux.  Ceux que ça intéressent peuvent d’ailleurs d’ailleurs télécharger ici le dernier article que je leur consacre dans Vibrations:

Mais tonight is the night: Le festival démarre en beauté avec sur la scène de la Fabrique (20 h) avec Forro in the Dark. Ce groupe de New-Yorkais d’origine brésilienne amène à la musique traditionnelle de leur pays un gros son, une approche  à la fois « arty » et soul. Une démarche qui avait plu en son temps à un certain David Byrne qui collabora avec eux sur leur premier album, paru en 2005. Au même titre qu’une certaine Bebel Gilberto..

Pour info Forro in the Dark rejoue sur cette même scène de la Fabrique mercredi (21 h 15) et jeudi (23h).

Revenons à ce soir, suite des festivités avec les nouveaux héros genevois que sont Mama Rosin (scène de la Fabrique, 21 h 15). Trois hurluberlus qui détestent les formats et malaxent musique cajun, blues et tout autre genre qui leur plaît avec dextérité et décontraction. Final avec Professeur Wouassa (scène de la Fabrique, 23 h 15), les Lausannois, adeptes d’afrobeat pur jus. Ils annoncent pour l’occasion une ribambelle d’invités. Cela dit un cruel dilemme va se poser à ce moment là de la soirée: un peu avant (à 23 h), sur la scène du château démarre un spectacle qui s’annonce d’ores et déjà incroyable, signé Faustin Linyekula. «More, more, more… future» est le clin d’œil trash d’un artiste congolais au bon vieux slogan punk no future. Avec dans le rôle du  guitariste punk africain le génialissime Flamme Kapaya. Des costumes improbables (signés Xuly Bët), des danses déjantées et des musiques d’un genre nouveau pour rêver et réinventer un possible Congo. Explications et extraits avec l’auteur du spectacles dans la vidéo ci-dessous: