Archives du blog

Mon disque du mois de février: The Creole Choir of Cuba

Bon, je triche un peu: mon disque du mois de février sort en fait le 1er mars… Mais comme en mars, il y a trop de bons CDs dont j’aimerais vous parler, je prends de l’avance. Et rien qu’à voir la photo, vous savez déjà que ça va être du lourd, non?
Rythmes puissants, voix incantatoires, déflagrations de chœurs, «Tande-la», CD ovni du Creole Choir of Cuba se déroule comme un tsunami musical. En canon ou en solo, avec une ferveur religieuse, ce chœur peu ordinaire dégage une énergie incandescente. Un drôle de gospel syncopé en provenance de Camagüey, à Cuba. Sous le nom de Grupo Vocal Desandann, ce chœur dont les membres sont d’origine haïtienne se constitue au début des années 90. L ‘époque est à la dissolution de l’URSS et l’île de Castro, qui perd son allié historique, connaît des heures difficiles. Pour défier le sort, le chœur reprend les chants de résistance de ses aïeux. Un répertoire transmis de génération en génération depuis le XIXe siècle. Un répertoire qui s’enrichit petit à petit, au gré des séjours de l’ensemble en Haïti. Le chœur sera d’ailleurs parmi les premiers à être y être dépêché, avec un contingent de docteurs et d’infirmiers cubains, après le tremblement de terre de janvier dernier. Sans perdre la foi, le chœur va chantant dans les hôpitaux et orphelinats. Pour son directeur musical, Emilia Díaz Chávez, «La musique est la nourriture de l’esprit» L’écoute de ces 12 morceaux, presque entièrement a cappella nous prouve une fois encore que l’espoir peut déplacer des montagnes.

Creole Choir of Cuba, «Tande-la» (Realworld/Harmonia Mundi)

Mon disque du mois de mai: Karlex

Karlex coverAïe! Encore un mois sans que je n’ai rien publié sur mon blog…Victime du stress, on va dire… Le problème c’est qu’il y a trop de musiques, trop de bonnes musiques. Et je ne sais plus où donner de la tête.

Prenez Karlex : Il en est à son deuxième album en auto-production et semble déjà arrivé à maturité artistique. Cet Haïtien, résidant du Sud de la France après un séjour à New York, est un dub poet des temps modernes. Il mise sur sa voix, grave et pénétrante, sur des textes engagés en français, en créole, en anglais. L’accompagnement musical est minimal (guitare, batterie et quelques sons digitaux). De sa diatribe, il se dégage une ferveur et une émotion puissante. Sur «With All Due Respect», Karlex se fait le chantre du respect et le trait d’union entre cette moitié de l’hémisphère qui souffre et son autre moitié qui en profite. Il a la conviction des grands prédicateurs et le timbre du plus doux poètes … Ce n’est ni du slam, ni du funk, ni du folk haïtien, mais bien un peu de tout ça à la fois!

CD: Karlex, With All Due Respect (Lil’People Records/Dist Anticraft)

Site internet: http://www.karlexmusic.com