Archives du blog

La lutte continue…

Juste un petit mot pour vous signaler le numéro hors-série de l’été du Courrier International. Sous le titre générique de « Révolutions sonores », Le Courrier balance une série d’articles vraiment bien sur ces musiques qui dérangent aux quatre coins du monde. Partant des musiques qui ont scandé les mouvements d’émeute en Egypte et en Tunisie, le Courrier a fait appel à tous ses correspondants. J’y ai ainsi découvert le mouvement flamenco anticapitaliste: avec le collectif Flo 6 x 8 qui fait scandale par ses interventions musicales et/ou dansées dans les banques ibériques. Se filmant en direct, ce collectif engagé a ensuite diffusé ses images sur youtube et sur son site internet www.flo6x8.com créant une polémique. Regardez ce petit reportage TV pour vous donner une idée…


Egalement au menu du Courrier un dossier sur la révolution technologique qui change notre rapport à la musique, sur la bande-son des mouvements étudiants à Londres ou sur “Parva que Sou », une ballade du groupe Deolinda devenue l’étendard d’une génération portugaise: De nombreux autres sujet passionnants se bousculent dans cet hors-série, déjà incontournable. En prime Le Courrier propose sur son site internet une sélection vidéo de ces nouveaux artistes militants. Pour y jeter un coup d’œil, c’est par ici.

A signaler également dans le numéro de juin de Vibrations un excellent article de Rabah Mezouane, qui offre un petit flash back historique sur l’Algérie, pays marqué par l’histoire de ses musiciens engagés, dont la destinée s’est trop souvent mal terminée. Pour enchaîner sur El General (Tunisie), Youness Safar (Maroc) et d’autres nouveaux héros de la résistance maghrébine. Le numéro de juin est feuilletable (mais pas téléchargeable) sur vibrationsmusic.com  Il ne vous reste donc plus qu’à vous rendre chez votre marchand de journaux le plus proche…

Musiques sahraouie et touarègue en version digitale

Depuis une année le site tamasheq.net, s’active pour les musiques du désert. Aujourd’hui c’est au tour du premier EP de musique sahraoui de voir le jour.

aziza-brahim

Le site tamasheq.net innove en proposant le premier EP digital de musique sahraouie. Disponible depuis le 12 janvier sur toutes les plateformes usuelles (iTunes, eMusic, Napster et bien sûr tamasheq.net), cinq chansons de Aziza Brahim sont téléchargeables avec en prime un livret digital détaillé en trois langues et une pochette imprimable.

Pour Sedryk, manager du label Reaktion et instigateur du projet, cela permet à ces musiques méconnues – il s’agit ici des premiers enregistrements d’Aziza Brahim – :«… d’êtres disponibles à peu près partout dans le globe en évitant la logistique lourde de la distribution physique».

Plusieurs autres albums ou EP digitaux vont voir le jour en 2009 permettant ainsi à d’autres jeunes artistes de faire leurs premiers pas vers le public occidental, voire d’y dénicher un producteur… Cette approche permettra aussi de mettre sur le marché des enregistrements plus ou moins « historiques » de musique touarègues.

En attendant, écoutez la musique d’Aziza Brahim, ça en vaut le détour. Cette jeune chanteuse sahraouie qui fit des études à Cuba et réside en Espagne n’en n’est pas à son coup d’essai. Déjà consacrée de plusieurs prix, elle apparaissait déjà dans le coffret du label Nubanegra sur les musiques sahraouies. Son groupe, Gulili Mankoo, est constitué de musiciens sahraouis, espagnols, colombiens et sénégalais. Si elle s’inscrit immédiatement au sein des musiques du désert grâce aux instruments traditionnels, au son des guitares et à sa voix vibrante, elle flirte aussi avec le blues et le rock. Aziza Brahim chante le droit à la liberté, l’exil et rend hommage à ceux qui se sont battus au sein du Front Polisario. Les notes de pochettes, signées du coopérant et historien de l’art José Alonso, expliquent le combat des sahraoui, des origines à nos jours.

aziza-brahim-pochette

http://www.myspace.com/azizabrahim

http://www.re-aktion.com