Archives du blog

Mon disque du mois de septembre: Tinariwen

A l’occasion de la sortie de leur cinquième album, Tinariwen est partout dans la presse française. Groupe vieux de  plus de trente ans (même si leur carrière internationale ne remonte qu’à dix ans), les jeunes musiciens révolutionnaires ont vieilli. Et grandi. Eux qui rêvaient d’autonomie pour leur peuple errant entre le Niger, le Mali et l’Algérie ont aujourd’hui opté pour une attitude empreinte d’une sagesse un peu désabusée. Fidèles à leur mission, ils passent plus de temps en tournée que dans le Sahara, cherchant désormais à attirer l’attention de la communauté internationale sur leur peuple, via  leur musique. Sans jamais perdre l’inspiration. Logique puisque celle-ci est construite sur le sentiment de nostalgie, l’assouf en tamasheq. Pour preuve, ce nouvel album acoustique, enregistré à Tassili (également titre l’album) dans le désert, au sud-est de Djanet. Aux commandes de ce nouvel opus, Jean-Paul Romann qui participait déjà au tout premier enregistrement des rockers touaregs, des sessions cultes enregistrées à la Radio Tisdas dans leur fief de Kidal. En jouant l’acoustique, les rockers touaregs gagnent bien sûr en puissance émotive et en précision. Centré autour de la voix d’Ibrahim, membre fondateur du groupe,  «Tassili», montre que son chant bourdonnant sait parfois être plus léger ou se muer en récitation. Il le dévoile aussi dans des compositions plus personnelles, plus romantiques.

Exit les chœurs féminins, les autres membres de la formation sont là pour les chorus. Les seules voix à faire écho à celle d’Ibrahim sont celles de deux membres de TV on The Radio. Celle de Kyp Malone frappe juste sur «Asuf D Alwa», un morceau étonnant qui joue du contraste entre la voix haut perchée de l’Américain et les sonorités graves du chant touareg.

Jugez plutôt sur cette vidéo du making of de l’album:

Les cuivres de Dirty Dozen Brass Band qui apparaissent un peu plus loin, sans « déranger », n’apportent pas grand chose de plus à la formule.  L’album se clôt avec un morceau caché «Takest Tamidaret» chanté par Abdallah accompagné de sa seule guitare, clin d’oeil à la façon dont les touregs jouent dans le désert, le soir au coin du feu. Frisson garanti. «Tassili» est de loin mon album préféré de Tinariwen depuis «The Radio Tisdas Sessions».

Tinariwen, «Tassali» V2 Music